MAMAN & CIE

Mon récit d’accouchement – Notre précieuse histoire

Léo et moi

Le temps n’a jamais passé aussi vite que depuis ton arrivée. Il y a bientôt 4 mois, je vivais le plus intense et doux moment de ma jeune vie. Tu sais, j’étais au fait que les coups de foudre étaient possibles car j’en ai eu un pour ton Papa, mais j’ignorais qu’autant d’amour pouvait dorénavant habiter mon petit cœur. Lui et toi étiez si près durant ces 9 mois d’attente, je suis certaine que tu lui en as glissé un mot. Car malgré cette vague immense d’amour, il sait tenir le cap. 

Léo, mon précieux petit lion, te voir grandir à vue d’œil et savoir que tu découvres au même rythme ta personnalité ainsi que le monde qui t’entoure me rend si fière. Et à travers tes nombreux sourires et ton calme attendrissant, je deviens un tantinet nostalgique. Nostalgique oui, car toute cette douceur me rappelle ta naissance. Je réalise aujourd’hui qu’elle était toute à ton image, pleine de tendresse et ponctuée de fous rires. 

C’est le 25 Mai au matin que tu t’es pointé le bout du nez, presque en même temps que le soleil. Il n’était pas encore 6h00, ton Papa venait de partir pour le boulot et je ne trouvais plus sommeil. Ce qui est plutôt étrange, car c’était toujours le matin que j’arrivais à dormir. Après avoir tourné sur moi-même durant une vingtaine de minutes afin de me rendormir, c’est à ma grande surprise que j’ai mouillé les draps! Je me suis levée du lit en riant, car ce n’était pas rare durant les jours précédents ton arrivée! #momtruth En me rendant au petit coin, je réalisais que mon envie devait être bien grande car elle ne cessait pas. Et c’est à ce moment que j’ai compris que tu faisais ton arrivée. Je venais de perdre mes eaux! C’est assise sur le trône, prise d’un fou rire rempli de bonheur, que j’ai téléphoné Mathieu pour lui annoncer la si belle nouvelle.

En chemin vers l’hôpital, assise sur ma pile d’essuie-mains, je regardais l’homme de ma vie qui allait devenir ton Papa dans les prochaines heures. Je me souviens du calme qui habitait le camion et d’une pensée qui me traversait l’esprit sans cesse durant le trajet: «On est en chemin vers notre nouvelle vie» Et ça me comblait déjà de bonheur! Cette douce période d’innocence juste avant cette vague immense d’amour qui allait bientôt nous atteindre. 

Léo et moi

C’est un peu avant 7h00 que nous avons fait notre arrivée à l’hôpital. Dans l’ascenseur menant à l’étage des naissances, je serrais la main de Mathieu tellement fort, comme pour voir si ce n’était qu’un rêve. Parce que tu dois le savoir, j’avais rêvé à notre première rencontre des tonnes de fois. Quand les portes se sont ouvertes et que nous nous sommes dirigés vers l’accueil, mon cœur à fait un bon. C’était maintenant qu’allait se passer le plus doux et intense moment de notre vie.

Une heure avait passée depuis notre arrivée. On avait effectué quelques tests afin de s’assurer que tu allais bien, car je n’avais encore aucune contraction. C’est après avoir entendu ton petit cœur battre et vu le sourire sur les lèvres de l’infirmière, que je savais que tout allait bien. 

9h00 approchait et nous avons reçu la visite du médecin accoucheur, celle qui allait vivre cette belle rencontre avec nous. Une femme si attachante et qui nous ressemblait beaucoup. On s’est tout de suite senti entre bonnes mains. Elle nous a alors mentionné qu’il était préférable que le travail actif s’enclenche d’ici 14h00, sans quoi, elle devrait provoquer l’accouchement. Comme je perdais beaucoup de liquide amniotique et qu’aucune contraction n’avait débutée, elle nous laissait quelques heures pour commencer le travail en douceur.

C’est dans les couloirs de cet étage des naissances, parsemés de petits pleurs, de chambres décorées d’une tonne de fleurs et de parents aux yeux brillants que je prenais de longues marches dans l’attente de contractions. Les deux mains sur mon beau ventre rond, je te répétais de faire les choses à ton rythme. Malgré les indications du médecin, je savais au fond de moi, que tu prenais tout simplement ton temps. De retour à notre chambre, vers 12h00, je me suis assise sur le gros ballon bleu qui se trouvait au pied du lit. Je faisais des mouvements circulaires, de gauche à droite et de haut en bas. Cela n’a pris que quelques minutes et j’ai senti que tu descendais. On avait trouver notre technique! C’est à 13h45 précisément que notre travail actif a débuté et j’en étais soulagée… jusqu’à ce que les grosses contractions se présentent!

Léo et moi

Tout d’abord en douceur, les contractions sont apparues. Elles ont toutefois pris rapidement en intensité. Je me suis alors plongée dans le grand bain chaud accompagnée de ton papa qui était d’un calme réconfortant. Nous y sommes restés, je crois, des heures car, c’est durant cette période que j’ai perdu le fil du temps. Je me concentrais sur chacune des contractions qui nous rapprochaient une à une de toi. Pendant cette période, durant laquelle mes contractions étaient d’une minute, toutes les 30 secondes, je me souviens avoir croisé le regard de ton Papa, rempli d’amour et d’admiration. (Le même regard qu’il pose sur toi tous les jours depuis)

C’est à ce moment que je me suis sentie perdre conscience. Épuisée, j’ai pris la décision d’écouter mon corps et j’ai demandé à l’infirmière s’il était possible de prendre l’épidurale. Mon souhait le plus cher était de t’accueillir dans le calme et de vivre pleinement chacune de ces précieuses secondes de bonheur. Et je ne regrette en rien cette décision! Une fois administrée, la douleur se dissipait pour faire place à l’émotion. Il m’était maintenant possible de ressentir toute cette tendresse qui habitait la chambre. Nous étions qu’à quelques moments de vivre la plus douce des histoires d’amour.   

Couchée sur le lit, je serrais la main de Mathieu si fort, l’excitation devait se sentir jusqu’aux bouts de mes doigts. Malgré l’injection, je sentais chaque contraction en douceur. J’attendais patiemment chacune de tes descentes pour pousser de toutes mes forces. Un doux travail d’équipe! Entre chaque poussée, à travers les mots tendres de Papa, j’étais souvent prise de fous rires! Un mélange de nervosité et de joie à quelques minutes de notre rencontre. J’ignore si ce sont mes ricanements qui t’ont chatouillé ou quand mon cœur a explosé d’amour, mais c’est dans un puissant élan de passion que tu es venu au monde! 

Léo et moi

J’ai su que tu étais parmi nous en voyant l’émotion sur le visage de Mathieu car je n’ai ressenti aucune douleur. Je me souviens que le temps s’est arrêté une fraction de seconde, tant j’étais touchée de voir ton Papa si ému. J’ai ensuite entendu le médecin me demander si je souhaitais venir te prendre, toi qui étais toujours dans le passage des hanches jusqu’aux pieds. Ce fût, à ce jour, le plus touchant de tous les moments vécus! Après t’avoir pris et collé contre ma poitrine, je sentais les larmes coulées sur mes joues et sur mon front. Nous ne pouvions retenir de si fortes émotions.

Cette vague immense d’amour qui nous atteint à ce moment précis nous plonge dans un bonheur profond. Les moments suivants ton arrivée sont très précieux et nous les avons vécus tous les trois en intimité. Tout comme toi, ils sont un trésor que nous chérirons à jamais!

Mon récit d’accouchement, notre précieuse histoire, saura (j’espère) toucher et faire sourire les gens. Tout comme toi! Je suis impatiente de te la raconter, mais je sais que d’ici là, nous avons une tonne d’autres histoires à écrire. 

Léo et moi

 

À Léo, mon précieux petit lion.  Je t’aime xx  –  Maman

 

Léo et moiLéo et moiLéo et moi

 

Previous Post Next Post

8 Commentaires

  • Reply Rosalie Fréchette

    Incroyable ❤️ Tu as su me faire sourire et pleurer ☺️

    20 septembre 2017 at 5:52
    • Reply Annie Daoust

      Merci énormément d’avoir pris le temps de m’écrire! Et ça me touche beaucoup de savoir que notre histoire t’a touchée ❤️

      25 septembre 2017 at 1:58
  • Reply Mel

    Wowww quelle belle histoire, elle me remplis d’amour ❤️❤️
    Je suis si heureuse pour vous tous, vous formez vraiment une parfaite petite famille. Je vois aime xoxox

    20 septembre 2017 at 8:48
    • Reply Annie Daoust

      Ahhh ma belle amie ❤️ Merciiii pour tes toujours si gentils mots! On t’aime fort xxx

      25 septembre 2017 at 1:59
  • Reply Karine

    WOW, quel récit merveilleux ♥ !
    Grâce à ta jolie plume, tu as su me faire pleurer et sourire à la fois.
    Une histoire comme ça me fait vraiment du bien. Il en faut plus de belles et simple histoires sur la maternité. Nous avons tendance à entendre parler que du mauvais ! Merci énormément pour cet article.
    PS. Je suis curieuse, est-ce que ton accouchement a eu lieu à l’hôpital de Gatineau ? 🙂

    21 septembre 2017 at 11:05
    • Reply Annie Daoust

      Ahhh Karine, merci pour ton si doux et gentil message ❤️ Je suis tout à fait d’accord! Malgré la douleur et la nervosité, c’est important de se remémorer et de partager le bon de ce si beau miracle! C’est si précieux ❤️ J’ai accouché à Gatineau 🙂 Nous avons vécu notre si douce rencontre avec le Dr Bazile. Une femme en or ❤️

      25 septembre 2017 at 2:02
  • Reply Élisabeth

    Votre histoire est tellement touchante. Ton garçon a de la chance d’avoir une mère qui prend le temps de lui laisser des souvenirs. Il appréciera, n’en doute pas. ?

    13 mars 2018 at 9:16
  • Reply Stéphanie @this.little.reverie

    Un récit magnifiquement écrit, qui dégage la tendresse et l’amour dans toute sa simplicité. Merci de nous le partager. ✨

    15 octobre 2018 at 10:45